La zoothèque collaborative de Rasbo

Discussion dans 'Arts, Expos, Etonnements, Cultures' créé par Anonyme., 23 Mars 2016.

  1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.
  2. Rejeter la notice
  1. Anonyme.

    Anonyme. Guest

    D'ailleurs j'ai sorti les guppys et les platys aujourd'hui tiens.
     
    Luluciraptor et Tsukimagi ont fait un câlin
  2. ptikraken

    ptikraken nounours des abysses

    Inscrit:
    27 Septembre 2015
    cool. Tu penses que (quand j'aurai un extérieur digne de ce nom) un banc d'Aplocheilichthys normani et des Trichopsis pumila seraient contents d'être en estive aussi ? moins rustiques que des vivipares...
     
  3. Anonyme.

    Anonyme. Guest

    Alors pour les grogneurs je sais que ça s'est déjà fait. A mon avis il vaut mieux attendre les mois les plus chauds.
    Pour les aplos, je connais des gens qui les maintiennent sans chauffage donc ça doit être faisable aussi je suppose.
     
    Luluciraptor et ptikraken ont fait un câlin
  4. Nyblas

    Nyblas Pilier de forum

    Inscrit:
    29 Novembre 2015
    up masquey !
    Merci Rasbo pour ce topic et félicitations aux participations, comme quoi on n'arrête jamais de découvrir des topics passionnants !
     
    Luluciraptor, Carmaï et Anonyme. ont fait un câlin
  5. eilan.o.nyme

    eilan.o.nyme Plus si anonyme que ça.

    Inscrit:
    10 Septembre 2015
    #25 eilan.o.nyme, 17 Juillet 2016
    Dernière édition: 17 Juillet 2016
    Alors bah moi j'vais faire une fiche sur l'animal pour lequel je suis le plus qualifié !
    Non, pas la licorne, mais la Tchomp, ou tortue des steppes pour les intimes. (Avec en photo d'illustration, Tchomp, elle avait environ un an lors de la photo)

    _GIO9799.jpg
    Alors c'est une tortue un peu cafouilleuse, parce que son nom latin n'est pas sûr, et bah ça change tout en fait. Donc on l'appelle soit testudo horsfieldii, soit argionemys horsfieldii. A l'état sauvage, on la trouve dans les steppes principalement Russes, bien qu'on la trouve aussi en Ouzbékistan, Afghanistan, Iran, Chine, Kazakhstan, Pakistan, et quelques autres pays. Cependant, elle est de plus en plus menacée pour des raisons de braconnages.
    Elle se nourrit de plantes grasses, mais aussi de tout ce que l'on qualifie de mauvaises herbes. Elle peu ne pas boire, car elle absorbe l'eau des plantes, qui font office. Et d'ailleurs on la voit très rarement boire par la bouche, mais elle va très souvent se baigner, et c'est normal : elle se réhydrate par le plastron (la partie du dessous de la tortue), et si elle boit à la bouche, c'est qu'elle est déshydratée.
    Elle aime les climats sec avec de fortes variations de températures (bah oui, dans les steppes il peut faire hyper chaud le jour, et hyper froid la nuit, et les saisons sont très tranchées !)
    Physiquement, c'est une tortue terrestre sexy. Elle est de forme plus ronde que la moyenne, et un peu plus plates, car ce sont les pros du creusage (elles peuvent creuser sans problème plus d'un mètre). Du coup par contre, sa taille moyenne est plus petite que les autres terrestres, les mâles faisant en moyenne 13/15cm de longueur, et la femelle elle mesure entre 15 et 23cm. Sa couleur est brune un peu paille, avec un peu de vert parfois, et pas mal de noir et de beige.
    Par contre, c'est une tortue qui dort plus que la moyenne, car en plus d'hiberner (ou hiverner si pas assez froid), elle estive (et donc pionce quelques jours voir semaines supplémentaires). Cependant, l'estive n'est pas vitale, c'est pour pouvoir survivre aux fortes températures. Mais du coup au printemps et en automne, elles sont au top de leur forme (qui n'est pas carrée). (Et croyez moi, quand elles sont à fond c'est limite invivable)


    tchomp.jpg
    C'est une tortue relativement facile à avoir, car contrairement aux tortues type méditerranéennes (genre notre bonne vieille Hermann, ou la petite grec), on n'a pas besoin de CDC (certificat de compétence) pour en avoir jusqu'à 6 (si ma mémoire est bonne). Au delà, il faut passer un CDC et avoir une autorisation d'élevage, délivré par les services vétérinaires régionaux ou départementaux (je ne suis plus sûre), qui valident le biotope que l'on créé, ainsi que le fait qu'il y ait l'espace suffisant pour que les tortues puissent s'épanouir.
    Pour en avoir une en toute légalité, il suffit de trouver un éleveur déclaré (si on leur demande ils montrent sans problème, autrement c'est qu'il y a un caillou sur un anguille), ou alors dans des animaleries. (La mienne vient d'une animalerie spécialisée dans les reptiles et animaux un peu rares, chaque vendeur ayant un CDC en lien avec les animaux qu'il vend.)
    Pour bien choisir son dinosaure de jardin, il faut avoir en tête quelques trucs :
    1- Est-elle vivace ?
    2- A-t-elle la carapace molle ? si oui, elle est en carence de vitamines, et a peu de chances d'en survivre
    3- A-t-elle le nez qui siffle ou qui coule ? Si oui, elle a probablement une maladie très chiante à guérir
    4- A-t-elle les yeux un peu humides ? S'ils sont sec, c'est pas bon (déshydratation), si ça coule, risque de conjonctivite (peut se soigner, mais fais chier quoi)
    5 - (si adulte) est-elle tobleronnée ? Si oui, c'est pas top du tout, elle peut en mourir, sauf si elle est encore juvénile ou on peux la sauver.
    6- A-t-elle le swag que vous voulez, est-ce qu'un coup de foudre se produit et tout ce qui se passe au niveau santé est bon ? Et bien parfait, vous avez trouvé votre dinosaure !
    Une fois que vous avez choisi votre monstre, donc, ce qu'il faut ABSOLUMENT c'est remplir des papiers. Du coup ça casse le swag, c'est long, chiant et tout, mais c'est obligatoire pour pouvoir prouver en cas de contrôle que NON elle n'a pas été importée en mode yolo, et si elle vient d'un trafic, vous êtes couverts, et c'est le vendeur qui prend. Donc ce papier donne un numéro (genre numéro de série) qui est son numéro attribué d'identification (si je me souviens bien) (autour des 500G on les puce, pour que si elles se barrent ou se fassent voler on puisse les retrouver), votre nom/prénom/adresse, mais surtout (et peut être le plus important), le numéro d'autorisation du vendeur/de la structure, l'adresse de ou on l'a eue, et le ticket de caisse.
    Exemple de tortue normale, et de tortue tobleronnée (même si c'est pas une steppe, c'est le même principe) :
    [​IMG]

    Mais maintenant, comment que je la gère, ma tortue ?! (surtout les juvéniles (bébés), les adultes j'y revient plus tard)
    Alors il y a deux écoles : celles du YOLO on la met direct dans un biotope extérieur, avec un emplacement prévu pour, tant pis si elle crève ! Sélection naturelle maggle ! (et même dans ceux là il y a les fana de serres, qui sont pas mal)
    Et la mienne du "bah oui mais je l'aime et c'est pas donné financièrement, alors proute la nature". Cette technique en fait c'est la technique vivarium. Là, plein de gens vont me traiter de monstre, sauf qu'une juvénile a trop de risques de ne pas survivre. Le bac doit faire entre 80 et 1m de long pour une juvénile de moins de 10CM (le mien est un peu plus petit pour l'instant,mais correspond à sa taille). Ce qui est important, c'est que la phase vivarium dure pas plus de 3 ans au plus grand du plus grand des maximum. Donc dans le viva, il y a plein de trucs indispensables. Il y a besoin d'une lampe chauffante (sur pince c'est mieux, moi j'ai une cloche) dans un coin, permettant un peu plus de frais à l'autre extrémité, un néon de lumière blanche + UVB. Autrement il existe les chauffantes + UV, mais ça je trouve ça bof parce que ça fait très vite chauffer le viva. Un thermomètre pour voir si elle cuit pas (le but n'étant pas de faire une soupe avec la tortue), de quoi se faire un nid (moi elle a un pont, au dessous duquel elle creuse. Avant elle mettait ses herbes sèches dedans mais elle le fait plus trop), du substrat (à voir en fonction de comment elle a grandi), et une gamelle d'eau pas trop profonde pour éviter la noyade (bah ouais, elle sait pas nager, elle vit sur terre pardi !) Et vu que la journée j'ai cours, je fais des cycles de jour/chaud en fonction de la durée du jour en utilisant un timer automatique. L'avantage c'est que (quand il ne meurt pas), la tortue peut avoir ses doses de vitamines, UV et chaleur vraiment comme il les faut par rapport au cycle du soleil !
    Voici un exemple de terrarium :
    [​IMG]


    Et donc, une fois qu'elle a eue ses trois ans (environ hein), ou quand on la prend adulte, il faut la mettre en extérieur, en leur créant un biotope assez diversifié. Les dimensions minimales pour UNE tortue adulte sont d'un peu plus de 6m². Cet enclos doit être un peu profond, pour permettre de creuser. Il faut que ce soit une terre non traitée, sans aucun pesticide ni rien. Ensuite, il faut des parties uniquement faites de terres, des coins un peu rocheux, et d'autres avec des plantes grasses, pissenlits, fleurs comestibles, etc. Souvent les gens mettent un coin abrité, genre petite serre ou cabanon, des coins avec des arbustes...
    Le mieux étant d'aller voir sur ces deux liens :
    http://tortues-terrestres.forumactif.com/t51587-exemples-d-enclos-pour-agrionemys-horsfieldii
    http://www.tortues-du-monde.net/t146-realisation-d-un-enclos-pour-tortues-des-steppes-adultes

    Cependant des gens les maintiennent en intérieur toute la vie, mais c'est très compliqué et très peu conseillé.

    Je pense avoir fait le tour ! Bisous à toi, Ô courageuse personne ayant lu tout mon baragouinage ! ♥


    EDIT
    en fait j'ai ommis un détail ou deux :
    La tortue des steppes peut très facilement faire une hibernation en extérieur

    Il y a aussi les tortues africaines qui sont très jolies mais qui ont UN ENORME inconvénient : elles sont très très grosses une fois adultes, et doivent vivre avec de très hautes températures toute l'année, et recréer les différences entre le jour et la nuit est réellement important, du coup bah c'est pas un bon plan, sauf si on a de quoi construire une pièce spécialement pour en gros.

    Pour déterminer si c'est un mâle ou une femelle on le sait à partir de trois ans environs. La femelle a le plastron plat, tandis que le mâle a un plastron creux (pour permettre l'enboitement quoi), et il y a quelques autres astuces, mais je ne suis pas sûre.

    Petit bonus cadeau :
     
    Carmaï, Jack Drakel et Anonyme. ont fait un câlin
  6. Anonyme.

    Anonyme. Guest

    #26 Anonyme., 25 Octobre 2016
    Dernière édition par un modérateur: 26 Octobre 2016
    *déterre*

    Bon ça me semble d'utilité publique alors je vais essayer de faire une fiche qui présente les différentes plantes d'intérieur les plus adaptée pour lea débutant.e.

    (ノ◕ヮ◕)ノ*:☆・゚✧ Les plantes d'intérieur ✧・゚☆:* \(◕ヮ◕\)

    [​IMG]
    Vous êtes relativement nombreux.ses à me demander des conseils pour entretenir des plantes d'intérieur, quelles plantes sont les plus faciles, etc. Ça me dérange pas du tout, et vous pouvez bien sûr continuez à me demander, mais je fais ce post pour centraliser les espèces parce que je pense pas à tout à chaque fois.

    [​IMG]

    Tout d'abord, plusieurs éléments sont indispensables à la croissance d'une plante : la lumière, l'hygrométrie, le substrat et la température.

    • Pour la température, la plupart des plantes couramment disponibles dans le commerce s'accommodent de la température d'un appartement ou d'une maison, entre 18 et 23°. Si la température monte trop, on peut brumiser les feuilles avec de l'eau ou poser le pot sur une soucoupe pleine d'eau.

    • Au niveau de la lumière, les appartements et les maisons sont en général très sombres. Et l’œil humain distingue mal les différences de luminosité. Mais la luminosité baisse très vite dès qu'on s'éloigne d'une fenêtre, je crois que quand on s'éloigne d'un mètre la luminosité est divisée par trois - faudrait que je vérifie mais j'ai la flemme et vous avez l'idée quoi.
    La majorité des plantes d'appartement aiment donc être placées juste devant une fenêtre exposée à l'est ou à l'ouest, sans trop de soleil direct, par exemple derrière un rideau translucide ou un léger voilage.
    Les exceptions étant les cactus et plantes grasses, qui préfèrent le plein soleil (après un temps d'adaptation), et les fougères, certaines orchidées et les philodendrons, qui tolèrent l'ombre.
    Un manque de lumière peut bien sûr être compensé en installant des lampes horticoles.
    Chez moi par exemple toutes les plantes sont à moins d'un mètre des fenêtres, sauf les orchidées et le palmier nain.

    [​IMG]

    • La plupart des plantes vertes et fleuries d'intérieur exigent une bonne hygrométrie, c'est-à-dire une bonne humidité de l'air, du fait de leurs origines tropicales. Mais l'air de nos logements est en général très sec, à cause des chauffages électriques. On voit qu'une plante souffre d'un air trop sec quand la pointe des feuilles commence à sécher (chez les palmiers, les dracaenas et les spathiphyllums, notamment). Pour y remédier, on peut pulvériser de l'eau régulièrement sur la plante, ou la poser sur une soucoupe garnie de billes d'argile et remplie d'eau, comme dit plus haut. On peut aussi regrouper les plantes, elles dégageront de l'humidité dont elles profiteront entre elles.

    Le substrat est très important, parce que c'est là que la plante va puiser l'énorme majorité des nutriments et de l'eau dont elle a besoin pour vivre et pousser. Le substrat comprend tout ce qui peut servir de support de culture à une plante, comme par exemple le terreau universel, la terre de bruyère, la terre de jardin, les différents terreaux spécifiques (agrumes, buis, cactées, bonsaïs...), la tourbe, la sphaigne, les copeaux à orchidées...
    Pour la plupart des plantes d'intérieur, un mélange de terreau universel et de terre de bruyère convient très bien, on peut aussi ajouter un peu de terre de jardin et/ou de sable. En général c'est plus prudent de rajouter au fond du pot une couche de billes d'argiles ou de cailloux, pour le drainage et pour éviter l'eau stagnante qui fait pourrir les racines.

    Un rempotage régulier s'impose, quand les racines ont trop poussé et dépassent au fond du pot, ou quand la plante ne pousse presque plus parce qu'elle a consommé tous les nutriments disponibles. En général on rempote tous les ans ou tous les deux ans ; pour les très grands sujets on peut se contenter de surfacer, c'est-à-dire de changer juste les premiers centimètres de terre. On installe la plante dans un pot légèrement plus grand, on tasse la terre et on arrose bien après le rempotage.

    [​IMG]

    • Et enfin, l'arrosage fait partie intégrante de la bonne réussite de la culture des plantes d'intérieur.
    Plutôt que de se donner une fréquence, mieux vaut apprendre à déterminer quand la plante a soif. Les besoins en eau varient en fonction de l'espèce, de la taille du pot, de la température et de l'hygrométrie ambiante, de l'âge de la plante, de la nature du substrat, de la saison...
    La majorité des plantes d'intérieur demandent un arrosage tous les sept à dix jours, quand le terreau est sec en surface sur quelques centimètres. On peut aussi se fier à la couleur du terreau ou au poids du pot, mais ça implique d'avoir l'habitude.
    Mieux vaut arroser moins que trop peu. Un excès d'eau va faire pourrir les racines par asphyxie et littéralement noyer la plante. Pour la même raison, il faut éviter l'eau stagnante dans les cache-pots et les soucoupes.

    Evidemment il y a des exceptions, notamment les cactus et les plantes grasses qui peuvent se contenter d'un arrosage mensuel, et les papyrus, les acorus et le lucky-bamboo (qui n'est pas un bambou d'ailleurs) qui aiment bien avoir les pieds dans l'eau en permanence.
    Certaines orchidées et plantes carnivores préfèrent l'eau de pluie, mais elles ne rentrent pas dans le sujet des plantes faciles.

    [​IMG]

    Je présenterai différentes plantes faciles d'entretien dans le prochain post !
     
    Carmaï, ovicioustemps, CrAz et 4 autres personnes ont fait un câlin
  7. ptikraken

    ptikraken nounours des abysses

    Inscrit:
    27 Septembre 2015
    Des noms ! On veut des noms !

    :D
     
    H Gray et Anonyme. ont fait un câlin
  8. Anonyme.

    Anonyme. Guest

    #28 Anonyme., 13 Février 2017
    Dernière édition par un modérateur: 13 Février 2017
    Bon, on s'y met là.
    Voici donc une liste non-exhaustive de plantes faciles, adaptées pour un.e débutant.e.

    Anthurium
    [​IMG]

    Un grand classique des plantes d'intérieur. La version à fleurs rouges est la plus connue et la plus courante, mais il existe des variétés blanches, roses, vertes, violettes... Elle présente de grandes feuilles lisses, et des fleurs à la texture un peu cireuse avec un spathe blanc, jaune ou violet.
    C'est une plante originaire des forêts tropicales d'Amérique du Sud, elle demande donc pas mal de lumière et une bonne humidité ambiante pour fleurir. La placer devant une fenêtre pourvue d'un léger rideau est une bonne solution.
    Pour faciliter la floraison, on peut couper les fleurs fanées au fur et à mesure ; essuyer les feuilles de temps en temps avec un chiffon ou un mouchoir humide permet aussi d'éliminer la poussière et d'hydrater les plantes.
    On peut la pulvériser régulièrement avec de l'eau pour augmenter l'humidité, et la sortir dehors l'été à la mi-ombre.

    Beaucarnéa
    [​IMG]
    C'est à l'origine un arbre d'Amérique centrale, adapté aux climats désertiques où son tronc renflé lui sert à stocker l'eau. Ça en fait une plante très adaptée à l'air sec des appartements et des maisons, et peu exigeant sur l'arrosage.
    Un arrosage par mois sera suffisant, au niveau de l'exposition c'est une plante qui préfère une bonne luminosité voire le plein soleil. Vous pouvez le sortir l'été au jardin. Un rempotage tous les trois-quatre ans sera suffisant, c'est une plante qui aime être à l'étroit dans son pot.
    Sa croissance est assez lente, ce qui explique le prix élevé des grands sujets. Mis à part cet inconvénient, c'est la plante idéale pour celleux qui oublient d'arroser ou qui s'absentent souvent.

    Cactus et plantes grasses
    [​IMG]
    Dans cette dénomination très vague, j'englobe toutes les plantes dites succulentes, comme l'aloe, la sansevieria, l'echeveria, la crassula, l'agave, la rhipsalis, le kalanchoe et les cactus.
    Plantes faciles par excellence, la plupart ne nécessitent quasiment aucun soin, si ce n'est un arrosage mensuel et beaucoup de lumière. Elles supportent sans problème le plein soleil après un petit temps d'adaptation, et peuvent pour la plupart passer l'été dehors. Elles se contenteront d'un rempotage tous les quatre ans - et encore - dans un substrat bien drainé, par exemple du terreau mélangé à un peu de sable.
    Les erreurs les plus courantes sont un arrosage trop fréquent, et surtout l'eau stagnante au fond des pots qui fait pourrir les racines.

    Chlorophytum
    [​IMG]
    Cette plante originaire d'Afrique du Sud est très courante en suspension. Elle fait de longs stolons au bout desquels poussent de petits rejets ; elle est facile à bouturer, il suffit de détacher ces mini-plantes et de les mettre à tremper dans l'eau pour qu'elles fassent des racines.
    Peu difficile, cette plante se plaira dans une pièce fraîche ou normalement chauffée, comme une entrée ou un salon. Au niveau de la lumière, elle apprécie une bonne luminosité mais tolère l'ombre ; un arrosage par semaine en moyenne convient à cette plante accommodante.
    A noter également que c'est une plante dépolluante qui absorbe bien le monoxyde de carbone et le formaldéhyde.

    Cycas
    [​IMG]
    Ce petit arbre proche des palmiers, originaire du Japon et de la côte chinoise, est d'une résistance à toute épreuve. Il fait partie des plantes dites "primitives" et n'a quasiment pas évolué depuis le Carbonifère.
    Le cycas exige une très bonne luminosité, voire du plein soleil après un temps d'adaptation. L'arrosage doit être dosé dans le cas d'une plante qui vit en intérieur. La plante se contente en général d'un arrosage toutes les deux semaines, mais il peut être nécessaire d'arroser davantage lors de fortes chaleurs. Un rempotage tous les trois ans permet à la plante de pousser davantage ; elle peut aussi être plantée au jardin, où elle passe l'hiver sans problème pourvu qu'il ne soit pas trop froid.
    On peut bien entendu lui faire passer l'été à l'extérieur s'il est en pot.

    Dracaena
    [​IMG]
    Ce palmier d'Afrique tropicale est assez courant de par sa facilité de culture.
    Il préfère les pièces assez chaudes, comme un salon ou un bureau, et une lumière vive ainsi qu'une bonne hygrométrie. On peut pulvériser de l'eau sur les feuilles, ce qui augmentera l'hygrométrie autour de la plante et nettoiera les feuilles ; il peut également être sorti dehors en été. Un arrosage toutes les semaines voire toutes les deux semaines suffira à cette plante. Le rempotage ne s'impose que lorsque les racines dépassent du pot, tous les trois ans environ.

    Kentia
    [​IMG]
    Ce palmier originaire de l'île Lord Howe sur la côte australienne se cultive très bien en intérieur, où il se comporte mieux que l'areca par exemple, autre palmier assez courant en magasin.
    De croissance assez lente, il peut finir par atteindre trois mètres. Il demande, comme tous les palmiers, une bonne luminosité et une hygrométrie de l'air assez élevée - des pulvérisations régulières seront les bienvenues. Un arrosage toutes les semaines sera nécessaire, si les pointes des feuilles commencent à brunir, c'est que l'air est trop sec.
    On peut de temps en temps le passer sous la douche à l'eau tiède, et il peut être sorti sous une pluie chaude l'été.

    Misère (Tradescantia, Callisia)
    [​IMG]
    Les misères et la callisie comptent parmi les petites plantes d'intérieur les plus résistantes. Manque de lumière, oubli d'arrosage, absence d'engrais, elle résistent quasiment à tout.
    Elles pousseront quand même mieux avec une bonne luminosité (tout en tolérant bien l'ombre) et un arrosage régulier une fois tous les dix jours. Il arrive qu'elle fleurisse l'été, en petites fleurs insignifiantes. C'est une plante qui se bouture également très bien, il suffit de casser une tige et de la mettre dans l'eau, elle va faire des racines en quelques semaines, voire quelques jours.
    Il en existe beaucoup d'espèces, dont une bonne partie disponibles à la vente. Elles peuvent être utilisées en suspension, en potée isolée ou en couvre-sol pour un dracaena ou un ficus par exemple. On peut même les utiliser en extérieur, comme des annuelles, dans les parterres ou les jardinières.
     
    Cléa, CrAz, herculea et 3 autres personnes ont fait un câlin
  9. Anonyme.

    Anonyme. Guest

    #29 Anonyme., 13 Février 2017
    Dernière édition par un modérateur: 13 Février 2017
    Orchidée (Phalaenopsis)
    [​IMG]
    On a souvent l'image de l'orchidée comme étant une plante difficile réservée aux expert.e.s ; la phalaenopsis est pourtant l'orchidée la plus facile, largement à la portée des débutant.e.s.
    Cette jolie plante fleurie demande beaucoup de lumière mais redoute le soleil direct qui brûle ses feuilles. Originaire de la forêt tropicale d'Asie et d'Indonésie, elle exige aussi une bonne hygrométrie pour refleurir. La salle de bain est une pièce toute indiquée pour ce genre de plante. Un apport d'engrais au printemps et en été favorisera la floraison.
    Au niveau de l'arrosage, on peut la bassiner, c'est-à-dire tremper complètement le pot dans l'eau pendant quelques minutes, puis bien laisser égoutter, toutes les deux-trois semaines environ. Pour savoir si la plante a soif, il faut regarder ses racines ; des racines bien hydratées seront d'un beau vert alors qu'une plante qui a soif aura les racines plutôt grises.
    Elle craint le froid et les courants d'air, elle est donc plus adaptée aux pièces chaudes comme le salon mais peut passer l'été dehors, accrochée à l'ombre d'un arbre.

    Philodendrons, pothos et monstera
    [​IMG]
    La famille des philodendrons est très vaste, la plupart des représentants viennent des forêts humides d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud. Les plus courants sont le pothos, le philodendrons scandens, le philodendron xanadu et la monstera (photo). Ce sont en général des plantes de type liane que l'on peut guider sur un support ou laisser retomber.
    Ils demandent surtout une très bonne humidité ambiante, un arrosage par semaine est une bonne base. Ils poussent mieux à la lumière vive, mais supportent la mi-ombre voire l'ombre.
    Ce sont pour la plupart des plantes qui poussent assez vite et qui peuvent devenir très imposantes, ce qui implique d'avoir la place pour les entreposer (le philodendron selloum par exemple peut dépasser les deux mètres en tous sens), et le budget pour les rempoter régulièrement. Ils apprécient un apport d'engrais de temps en temps, et peuvent être douchés dans la baignoire à l'eau tiède, voire passer l'été dehors à la mi-ombre.

    Spathiphyllum
    [​IMG]
    Originaire des forêts humides d'Amérique du Sud, cette plante est une cousine de l'anthurium présenté plus haut. Elle a sensiblement les mêmes exigences, mais revues à la baisse.
    Au niveau de la luminosité, le spathi sera plus florifère devant une fenêtre, en pleine lumière où les fleurs peuvent se renouveler toute l'année, mais elle tolère sans problème l'ombre. Elle apprécie une bonne humidité atmosphérique, on peut l'arroser environ une à deux fois par semaine et pulvériser de l'eau sur les feuilles. Il est facile de voir quand la plante a soif, ses feuilles s'affaissent et s'amollissent légèrement ; mais elle récupère très vite après un bon arrosage.
    Un rempotage quasi-annuel s'impose vu la vitesse de pousse de cette plante facile ; on peut en profiter pour diviser la touffe et faire plusieurs potées à distribuer à son entourage ou aux gens dans la rue.
    C'est clairement l'une des plantes fleuries les plus faciles de ce post.

    Yucca
    [​IMG]
    Cette plante d'Amérique centrale est un classique de nos intérieurs grâce à sa robustesse.
    Il demande simplement le plus possible de lumière, par exemple derrière une baie vitrée, et assez peu d'eau, un arrosage toutes les deux-trois semaines lui suffisant amplement. Il n'est pas difficile sur la température et s'accommode aussi bien d'une chambre que du salon, de la salle de bain ou de l'entrée. Avec les années, un beau yucca peut dépasser les deux mètres, et peut également passer une bonne partie de l'été dehors sur la terrasse.
    Attention à l'extrémité des feuilles, qui présente une épine pointue ; il est donc plus prudent d'éviter de placer cet arbre dans un lieu de passage...! Au même titre que le beaucarnéa, c'est un arbre d'intérieur largement à la portée du/de la débutant.e.

    Zamioculcas
    [​IMG]
    Originaire de l'Est africain, cette plante est très coriace et peu exigeante ; elle est d'ailleurs souvent utilisée dans les halls des collectivités ou des entreprises.
    Cette plante buissonnante demande beaucoup de lumière pour former de nouvelles feuilles, mais supporte mal le soleil direct de l'été.
    L'arrosage est modéré, une fois toutes les deux semaines environ ; il faut bien laisser sécher le terreau avant d'arroser de nouveau, cette plante supporte mieux le manque d'eau plutôt que l'excès. Un apport d'engrais tous les 15 jours au printemps et en été favorisera la pousse des feuilles, un rempotage tous les deux ans s'impose au vu des rhizomes imposants de cette plante.
    Le zamioculcas peut être sorti sur la terrasse l'été sans problème.
     
    ptikraken, herculea, pincel67 et 3 autres personnes ont fait un câlin
  10. Danio

    Danio Pokédex de la Nature, pipou wesh, LE Rasbo

    Inscrit:
    12 Mai 2017
    (Rappel que si vous avez des questions concernant vos plantes ou vos animaux j'peux essayer d'y répondre. J'suis plusse calé en poissons, reptiles/amphibiens et lapins, ceci dit.)
     

Partager cette page

XenForo Add-ons by Brivium ™ © 2012-2013 Brivium LLC.